Appel d'urgence
Appels d'urgence
18
ou 112
SDIS 38 Actualités Dernières nouvelles

Challenge Max Cosson samedi 5 octobre

Article Publié 30/09/2019

Les sapeurs-pompiers de Grenoble organisent la quatrième édition du challenge Max Cosson, samedi 5 octobre dans le centre de secours situé rue Félix-Viallet. L’objectif : récolter des dons pour l’Association pour la recherche sur la sclérose latérale amyotrophique (ARSLA), connue également sous le nom de maladie de Charcot. « Max Cosson était le père d’Alix, un ancien sapeur-pompier professionnel à Grenoble, qui a contracté la maladie. Nous avons donc décidé d’organiser ce challenge pour aider à lutter contre cette maladie », raconte le caporal Raphaël Bouchut, sapeur-pompier à Grenoble. Tous les bénéfices et les dons sont reversés directement à l’association. « Des représentants de l’ARSLA seront présents, il y aura aussi de la vente de crêpes et chaque équipe est sponsorisée », complète le caporal.

Voir l'image en grand

Cette année, six équipes se sont inscrites : deux issues de la caserne de Grenoble, une des sapeurs-pompiers de l’Isère, une de l’Oise, et deux issues de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (Ménilmontant et Château d’eau). Un hommage sera d’ailleurs rendu à Simon Cartannaz, sapeur-pompier de la BSPP de Château d’eau et mort au feu le 12 janvier dernier, lors de l’explosion d’une boulangerie dans le 9e arrondissement de Paris. Il avait participé à la première édition du challenge, en 2016.

Chaque équipe, composée de 10 sapeurs-pompiers, devra se hisser 2 000 fois au sommet d’une corde, à 5m de hauteur, uniquement à la force des bras, le plus rapidement possible, afin de remporter le trophée. « La corde est une discipline phare chez les pompiers. C’est un rappel des besoins opérationnels et cela renforce la cohésion de groupe et surtout c’est pour la bonne cause. Nous prêtons juste nos bras et notre sueur à l’association », confie Raphaël Bouchut.

Grenoble a d’ailleurs remporté le premier challenge en effectuant les 10 000 m en 3h51, terminé deuxième l’année suivante, derrière Paris, avant de remporter la troisième édition avec un temps record de 2h50. Vos sapeurs-pompiers vont donc remettre leur titre en jeu cette année, alors, venez les soutenir ainsi que l’ARSLA !

Voir l'image en grand

La maladie de Charcot :

La SLA, aussi appelée « maladie de Charcot » vient du nom du neurologue français, Jean-Martin Charcot qui l’a décrite en premier en 1865, en France. L’appellation de SLA a été choisie pour décrire des anomalies constatées au niveau microscopique ou visibles à l’œil nu et signifie Sclérose (dégénérescence des motoneurones laisse place à un tissu qui apparaît cicatriciel et fibreux) ; Latérale (atteinte des fibres qui proviennent du motoneurone central et qui cheminent dans la partie latérale de la moelle) ; Amyotrophique (fonte des muscles).